Aller au contenu Aller au pied de page

Dossier éoliennes

Réunions d’informations

Forums d’information

Dans le cadre d’une démarche de concertation, 4 forums (un par projet), sont organisés par Eolise sur le territoire :

  • L’Aubertière (Sainte-Soulle et Saint-Médard d’Aunis) : le lundi 25 octobre 2021 entre 18h30 et 20h30 à la salle des fêtes d’Aigrefeuille d’Aunis
  • Loiré Sud (Vérines et Sainte-Soulle) : le mardi 26 octobre 2021 entre 18h30 et 20h30 à la salle des Fêtes de Vérines
  • Nord N11 (Vérines Longèves et Angliers) : le mercredi 27 octobre de 18h30 à 20h30 à la salle L’Envol de Longèves
  • Puyvineux (Saint-Christophe, La Jarrie et Aigrefeuille d’Aunis) : le jeudi 28 octobre 2021 entre 18h30 et 20h30 à la salle des Fêtes de La Jarrie

Inscriptions impératives pour respecter la jauge de 50 personnes par atelier :

Réunions à destination des élus

La Communauté d’Agglomération de La Rochelle organise, au profit des élus, trois réunions d’information sur l’étude paysagère concernant les projets d’implantation d’éoliennes sur le territoire communautaire. Ces trois réunions seront tenues sur les sites concernés le 12 mai, 26 mai et 4 juin 2021. La première se tiendra à Vérines.

Parc éolien Éolise 1

PROJET ÉOLIEN NORD – RÉSUMÉ NON TECHNIQUE

Le document en lecture est le seul document officiel publiable à l’heure actuelle. C’est une des pièces du dossier de demande d’autorisation environnementale du projet de la société EOLISE. Le dépôt de cette demande en préfecture n’aura lieu qu’à la fin du mois de janvier, le projet n’est donc pas encore officiellement en instruction. Ce résumé non technique (RNT) d’étude d’impact est publié à titre informatif et en conformité avec l’article 53 de la loi ASAP. Le dossier complet du projet définitif sera consultable lors de l’enquête publique qui pourrait avoir lieu le deuxième semestre 2021. Ce RNT a été envoyé aux communes d’implantation et transmis aux communes limitrophes et celles du rayon d’enquête publique (soit 6 km autour des éoliennes) ainsi qu’à la CDA de La Rochelle et à la communauté de communes Aunis Atlantique.

Projet éolien nord – résumé non technique

Au cours de ces dernières semaines je me suis attachée à rencontrer des élus concernés directement ou indirectement par le projet d’implantation d’aérogénérateurs (Eolise 1) sur le territoire de notre commune et sur celui des communes avoisinantes. J’ai échangé avec ces responsables souvent seule et parfois accompagnée d’élus vérinois. Cette démarche visait à procurer à l’ensemble de l’équipe municipale une vision aussi complète que possible des tenants et aboutissants de ce dossier sur la base des éléments contenu dans le document officiel fourni à la fin du mois de décembre  par le développeur du projet. Ce document a été communiqué à la population avec l’accord du développeur dès sa réception en mairie à la fin du mois de décembre 2020 . Cette démarche consistait donc, au-delà du simple aspect technique, à partager les analyses et  les ressentis d’autres élus et d’identifier d’éventuels points positifs ou négatifs pour la commune.

Les élus et responsables qui ont accepté de me recevoir, de m’écouter et d’échanger, même brièvement, sur l’éolien à Vérines et, plus généralement, en Aunis sont : Mme Frédérique Tuffnell, députée de Charente-maritime, Mme Corinne Imbert, sénatrice de Charente–maritime, M Lionel Quillet, maire de Loix, premier vice-président du conseil départemental, M. Gérard Blanchard, conseiller régional, 4ème vice-président en charge des énergies renouvelables et du territoire zéro carbone à la CDA de La Rochelle, M. Bertrand Ayral, maire de Sainte-Soulle, M. Roger Gervais, maire de Saint-Médard-d’Aunis, Mme Marie-Gabrielle Nassivet, maire de Thairé-d’Aunis, Dominique Lecorgne, maire de Longèves, M. Didier Taupin, maire d’Angliers, M. David Baudon, maire de La Jarrie, conseiller départemental,  et Mme Viviane Cottreau-Gonzalez, maire de Montroy.

De ces entretiens, il ressort notablement qu’aucun de mes interlocuteurs n’est foncièrement contre l’énergie éolienne. La totalité prône le mix énergétique.

Mme Tuffnell et Mme Imbert m’ont répété leur positionnement conforme à ce qui apparaît dans la lettre qu’a adressé le collectif des cinq députés et sénateurs de Charente-Maritime au tout début du mois de janvier 2021 à la ministre de la Transition Ecologique, Barbara Pompili. Par ce courrier, ces élus souhaitaient notamment alerter le Gouvernement sur la saturation du développement de l’éolien dans le département (85% de l’ensemble de la Nouvelle-Aquitaine) et le manque de concertation avec les territoires concernés. Mme Tuffnell rejette l’éolien terrestre et prône l’éolien offshore notamment au large de l’île d’Oléron. Mme Imbert est favorable au mix énergétique sous condition. Elle a saisi l’occasion pour faire part de son soutien, d’une manière générale, aux élus locaux pour leur action de terrain et de proximité.

M. Quillet tient le même discours que les sénateurs et députés. Il défend les énergies renouvelables mais il souligne le fait que le département de Charente-maritime est déjà saturé par le nombre d’aérogénérateurs déjà installés (101 mâts). Pour mémoire, le département défend cette position depuis plusieurs années. Dominique Bussereau, son président, avait déjà fait  adopter un moratoire symbolique de deux ans sur toute nouvelle implantation d’éolienne sur le territoire en mars 2019. A l’époque, il déclarait ne pas être hostile à l’éolien mais à ses excès.  

Les deux maires de la  CDC Aunis Atlantique,  se prononcent personnellement contre le projet Eolise 1 qui les concerne aussi. Aunis Atlantique ne serait pas opposé à l’implantation de nouvelles éoliennes sur son territoire mais privilégierait  la voie de la densification des projets existants et non  la création de nouveaux sites. C’est ainsi que le site existant de Longèves  pourrait se voir augmenté de 2 nouvelles éoliennes comme ce qui a été fait à Ferrières/Saint-jean de Liversay.

Les maires voisins de la CDA de La Rochelle se sont également tous prononcés contre le projet Eolise 1. Le maire de Sainte-Soulle s’oppose à une trop grande proximité avec les habitations, Il demande un éloignement de 2 km des habitations pour les éoliennes de 200 m de hauteur. Dans les faits, cela interdirait toute implantation sur l’ensemble du territoire de la CDA, Celui de Saint-Médard évoque les nuisances potentielles sur la population provoquées par les aérogénérateurs.

La position de M. Blanchard est tout autre. Il insiste sur la nécessité pour la CDA  d’atteindre les objectifs du programme La Rochelle, territoire zéro carbone (LRTZC). Selon lui, l’implantation des éoliennes sur le territoire de la CDA  est un élément déterminant pour atteindre les objectifs fixés pour 2030. Interrogé sur la problématique d’encerclement des villages avec la multiplication des sites éoliens et le risque pour les habitants de se retrouver au milieu d’une vaste ferme éolienne, il a indiqué que  la CDA allait retravailler sur le Schéma de Cohérence Territoriale (SCoT) et qu’elle mandatera un Assistant à Maîtrise d’Ouvrage (AMO) pour une étude paysagère indépendante . Il a ajouté qu’en travaillant avec les maires des 28 communes de l’agglomération, il comptait présenter au préfet les résultats d’une concertation objective et réfléchie. 

Comme nous nous y étions engagés, il nous reste à recevoir  les représentants de l’association anti-éolien Vent Debout en Terres Rochelaises ,ex-Vent Debout Vérinois, créée  au mois de décembre 2020 par des habitants de Loiré, et dont l’argumentaire est consultable sur Internet. Une date de rendez-vous a été proposée à la présidente. 

Au bilan, bien que le principe de l’éolien en général fasse l’unanimité, le projet Eolise 1, quant à lui,  est globalement rejeté par les parties concernées hormis la CDA. Aucun intervenant n’a toutefois évoqué de points précis en référence au document fourni par Eolise.
Pour les responsables du département et les élus de zone, c’est le rejet d’un regroupement de l’éolien dans le nord de la région Nouvelle-Aquitaine qui fait débat. 
Pour les élus de proximité directement concernés, là aussi c’est un rejet. Toutefois deux lignes se dessinent clairement : ceux qui excluent d’emblée ce projet à cause de la gêne potentielle occasionnée sur la population locale et ceux qui adoptent la même position pour de nouveaux projets mais qui ne se déclarent pas forcément défavorables à une densification des champs existants telle que prônée par l’EPCI  voisine, possiblement, en raison des retombées financières que cela occasionnerait pour les collectivités locales.

Vérines, le 10 février 2021.

Line Baloge-Méode

Parc éolien d’Andilly-les-Marais

Icône format .pdf

Note de synthèse parc éolien Andilly

pdf | 2,33 Mo | 18 Mars 2021

Télécharger

Guide pratique de l’ADEME

Un guide pratique en 10 questions pour mieux comprendre les enjeux.

Icône format .pdf

Guide pratique de l’ademe

pdf | 1,48 Mo | 28 Mai 2021

Télécharger

Haut de page
Copier le lien